RDC : une République bananière sous occupation.

 

La République démocratique du Congo (RDC) devrait mieux convenir à la dénomination de République anti-démocratique du Congo, car les récents événements concernant les élections qui viennent d’avoir lieu sont la preuve édifiante que ce qui s’y passe est à la fois stupéfiant  et  révoltant.

 

Toutes les presses du monde nous présentent la passation de pouvoir entre (de son vrai nom d’origine) Hyppolite KANAMBE alias Joseph KABILA et  Félix TSHISEKEDI comme la première transition pacifique dans ce pays richissime et qui contraste avec l’immense pauvreté de sa population.

 

La réalité est toute autre et n’augure guère de lendemain meilleur, car la communauté internationale, comme l’ont prouvés les observateurs déployés par les autorités ecclésiastiques du pays, est bien au courant que le vainqueur de ces élections est le candidat Martin FAYULU, de la coalition LAMUKA.

 

Il est regrettable que ce beau pays soit infiltré par des ressortissants de pays voisins, notamment Rwandais et Ougandais, qui s’accaparent de tous ses revenus et contrôlent l’ensemble des Institutions, de l’appareil étatique ainsi que des forces de sécurité.

 

Après avoir subi 32 ans de règne du parti unique sous le culte de la personnalité du Maréchal MOBUTU Sesse Seko, qui avait au moins eu le grand mérite de maintenir la cohésion nationale, le peuple de la RDC, croyant à une libération, avec l’arrivée au pouvoir, en 1997, de Laurent désiré KABILA, a vite déchanté en constatant que ce dernier n’était que le porte parole de la coalition Rwandaise-Burundaise-Ougandaise qui avait établi un plan bien élaboré pour occuper leur pays. Et, pour bien assoir leur manigance, les expansionnistes ont infiltré leur cheval de Troie en la personne du Rwandais Hyppolite KANAMBE, devenu Joseph KABILA après qu’il fut imposé, dans les accords secrets comme étant le fils de Laurent Désiré KABILA.

 

Malheureusement, ce dernier, ne pouvant plus supporter le marché de dupes, et en voulant se libérer de ses envahisseurs, fut assassiné et c’est son soi-disant fils fictif (probablement le planificateur de son  assassinat) qui s’empara aussitôt du pouvoir afin d’accomplir l’œuvre hégémonique Rwandaise et Ougandaise. Leur objectif à long terme étant de contrôler les énormes richesses de la RDC, avec pour toile de fond sa déstabilisation et sa balkanisation.

 

C’est dans ce climat malsain que les Rdciens se sont rendus massivement aux dernières élections, et pour montrer leur rejet farouche du système mafieux qu’ils subissent, ils ont voté pour le candidat susceptible de porter au mieux le flambeau national, Martin FAYULU. Mais, comme lors des précédentes élections dans le pays, leur choix a été balayé, parce que le pouvoir des occupants a imposé un affidé, Félix TSHISEKEDI, apparaissant comme le caméléon de l’occupation, sachant pertinemment qu’il se trouve assis sur un fauteuil présidentiel éjectable dont la télécommande se trouve entre les mains du président sortant Alias Joseph KABILA.

 

L’une des preuves de cette affirmation est que l’on peut naturellement se poser la question, comment se fait-il que peu de temps après la passation de pouvoir Alias Joseph KABILA s’est permis de nommer précipitamment un colonel Rwandais comme administrateur du territoire de Yumbi, dans la province de Mai-Ndombe ? Il s’agit précisément du colonel Olivier GASIKA, Commandant de la première Zone de Défense des Forces Armées de la RDC.

 

Ce territoire de Yumbi regorgeant une quantité immense de coltan (indispensable dans la fabrication des circuits intégrés) très convoité par de nombreux industriels, on comprend pourquoi pendant que les Rdciens étaient plongés dans l’ambiance électorale, les autorités Tsutis Rwandaises s’attelaient à enfoncer leurs racines et à renforcer la forteresse de l’occupation du pays.

 

Des ONG crédibles ont dénoncé le massacre de près d’un millier de citoyens autochtones sur cette zone, et fort curieusement l’enquête venait d’être confiée à ce même colonel Rwandais dont l’implication dans ce énième massacre barbare ne peut susciter le moindre doute.

 

Ce qui est désolant, c’est que les puissances occidentales ainsi que la communauté internationale, nonobstant la présence des troupes de maintien de la paix onusiennes de la MONUSCO qui assistent complaisamment à ces nombreux massacres, s’accommodent de cette situation navrante et scandaleuse. L’unique but est de créer une situation d’apparente stabilité sachant que seul le pillage des énormes ressources de ce pays compte.

 

Félix TSHISEKEDI, avec un pistolet d’alias Joseph KABILA à la tempe, comme du temps de l’occupation nazie en France, sous Pétain, n’a aucune marge de manœuvre pour améliorer les conditions existentielles de ses concitoyens. Bien au contraire, les occupants Tutsis Rwandais vont accentuer leur projet de balkanisation de la RDC, sous le silence complice et coupable de la communauté internationale, comme il est de coutume.

 

Bien évidemment, seule une prise de conscience massive des Rdciens, avec des actions de révolte déterminante généralisée peut les délivrer définitivement des moments sombres qu’ils s’apprêtent à vivre. Je leur souhaite de la clairvoyance, du discernement et de la bravoure.

Les commentaires sont fermés.